Ngoc Vo Dinh

Cher Tonton Ngoc,

gnoc-1

 Je te dédie cette page, il m’a fallu longtemps pour arriver à trouver les mots justes à écrire ici.

Mais j’ai enfin trouvé !

Malgré ton absence physique,  je sais et tous les membres du Roseau et autres amis le savent, que tu es et resteras derrière chacun d’entre nous !

Je n’ai malheureusement pas eu le plaisir de te connaître autant que je le voudrais, les seuls souvenirs que j’ai sont les étés que nous avons passés tous ensemble à Calpé en Espagne, les grands moments de rigolades autour de la piscine et à la plage.

Il y a aussi le jour où nous avons loué des bouteilles de plongée sous-marine, mais pour la piscine…

un grand moment !

gnoc-2

Tes techniques pour remettre les cervicales en place lors de torticolis…

Efficaces, mais douloureuses… 🙂

Certains souvenirs des trop rares moments où tu venais à la salle t’entrainer avec nous me reviennent aussi…

gnoc-3

Ce que je regrette le plus c’est de ne pas avoir été présent le jour de la cérémonie où le reste du club était présent. Je sais que tu ne m’en veux aucunement, je te présente tout de même mes excuses…

A tous, tu as laissé une marque indélébile dans nos mémoires et nos cœurs.

Et pour cela je te remercie du fond du cœur !

Je cède maintenant la place aux commentaires et souvenirs des autres membres du club, familles et amis qui m’ont aidé à écrire cette page.

vodaocaylau (2)

Mai Linh  Vo Dinh :

« Ne rien dire, j’en serai capable.

Là, dresser un mutisme de mots. Te transpercer de silence …
Te perdre a été cette douleur au ventre, ce courant qui te traverse le corps de manière continue et tu n’arrives pas à t en débarrasser.

Le cœur emplit d’un amour dont tu ne te croyais pas capable et qui te tire vers le haut, vers là haut. Ce mal être  provoqué par le manque de toi, de ton corps, de ton esprit, qui te rive les pieds au sol. C’est dans cette brèche, dans cet écart entre le ciel et la terre que se glissent les peurs, souvent irrationnelles, les doutes injustifiés, les tourments …

Aujourd’hui tout s’apaise, j’ai des bouts de toi dans chacun de mes enfants, et tonton Bich évidemment.
Tu vois, c’est long, c’est beau, c’est le monde dans le regard de l’autre.
T’aime,
Ta fille. »

vodaocaylau (2)

Olivier Tissier :

« Mes rapports avec Ngoc, ont surtout étés des entrainements à la salle et quelques réunions d’anniversaire de Bernard.

 J’appréciais sa personnalité, sa décontraction et surtout pas de prises de tête avec lui. Un très bon pratiquant, avec un tout petit gabarie, mais toujours très efficaces, et le courant passait bien entre nous.

 Un frère d’armes que j’aurai aimé mieux connaitre ! »

vodaocaylau (2)

Michel Brenot :

« Ngnoc, tu resteras pour toujours dans le groupe,

dans nos cœurs, dans nos souvenirs.

Tu as rejoint les Génies des Arts Martiaux

et tu seras avec nous à chaque entrainement. »

vodaocaylau (2)

Sébastien Gébal :

« Mes souvenirs de Ngoc sont surtout à la salle lors de mes entrainements avec lui…

Sa puissance et sa détermination m’ont toujours fascinées, il était toujours de bon conseil et sa sensibilité était perceptible, peut-être parce que moi même sensible à l’humanité de ceux qui m’entourent, je ressentais des sensations partagées avec lui, c’est un homme d’honneur et un être qui a fait partie de ceux qui ont modifiés ma vision de la vie. »

vodaocaylau (2)

retour en haut de page